La parabole du dauphin

téléchargement (50)

Aujourd’hui, je souhaite vous parler d’un anthropologue américain, Gregory Bateson, qui a consacré de nombreuses années à étudier le comportement des dauphins et des marsouins pour expliquer le comportement humain.

C’est intéressant alors restez avec moi !

Vous allez comprendre pourquoi je tiens à vous parler de cette étude.

Pour la plupart je suppose que vous avez déjà vu ou assisté à un spectacle de dauphins où l’on voit l’entraîneur à chaque signe ou coup de sifflet faire exécuter une représentation (saut, tour sur lui-même etc.) au dauphin et le récompenser par un poisson.

Ce que l’on constate c’est que le dauphin a assimilé l’effort à la récompense et de ce fait agi en ce sens.

Afin de mener le dauphin à réaliser de nouvelles représentations, l’entraîneur brise les règles de l’entraînement précédent.

Le dauphin réalise à nouveau un saut par exemple mais cette fois ci, il n’est pas récompensé pour cela.

Le but de l’entraîneur est de le pousser à se surpasser.

Lorsque le dauphin agité ne comprend pas et produit par agitation une représentation nouvelle il est alors récompensé.

Sans le savoir le dauphin est pousser à aller au-delà de ses capacités.

La frustration du dauphin de ne pas être récompensé a entraîné une réaction nouvelle, ce que recherchait l’entraîneur.

Afin de ne pas mener le dauphin à une frustration trop importante et de ne pas rompre le lien avec le dauphin, l’entraîneur lui donne des poissons « non mérités ».

Après plusieurs spectacles, le dauphin réalise de nouveaux comportements que d’autres dauphins n’avaient jamais réalisés avant lui.

Ok super l’histoire mais pourquoi cette parabole du dauphin ?

Eh bien lorsque l’on regarde de près cette parabole représente le coach et le coaché lors d’une séance de coaching de développement personnel.

images (85)
Tout comme l’entraîneur, le coach a pour but de pousser le coaché à se surpasser et à dépasser ses craintes, à être plus créatif, à laisser ses compétences cachées faire surface.

L’entraîneur, qui a chaque coup de sifflet, pousse le dauphin à reproduire un saut ou un tour est similaire au coach qui, à l’aide de support divers, pousse le coaché à se découvrir et à prendre confiance en lui.

Le but est de ce fait d’extérioriser les qualités et les compétences bloquées du coaché.

Le feed-back (retour d’informations) entre le coach et le coaché est la base de toute bonne communication.

Qui dit « bonne communication » dit « confiance et réussite ».

Cet échange de communication permet d’identifier les capacités d’une personne et dès lors de le pousser à faire mieux, à être confiant et motivé.

Je finirais par cette citation :
« La confiance en soi est le premier secret du succès » Ralph Waldo Emerson

Affectueusement Hayat B.
Tous droits réservés